portrait_elodie_lafitte_crok_photographe_landes_dax Juste quelques mots pour me présenter...

Pour commencer, ma passion pour la photographie s’est vraiment dessinée à l’âge de 14 ans. Après l'obtention de mon brevet des collèges, j’ai été admise dans une école d’enseignement du métier de photographe (LP « Molière» à Orthez (64)). Suite à mes deux premières années et à la réussite de mon diplôme « Cap photographique », j'ai poursuivi ma formation de photographe deux années supplémentaires pour le « BAC pro. photographique». Je sortis de cette école en juin 2008 avec l’acquisition du diplôme accompagné d’une mention. Désormais je suis gérante du studio Graph-photo associée à Emilie Gachan, comme photographe sur Dax (40), et avec pleins de projets en tête…

(www.graph-photo.fr)

N'oubliez et n'hésitez pas à laisser vos commentaires et vos impressions sur le livre d'or du site. Je tiens à vous remercier, par avance, de me dire ce que pensent vos yeux et votre regard.

J'aimerai prendre quelques lignes pour vous parler désormais de cette passion pour la photographie qui grandit, je crois, de jour en jour. L'image est, comme tout le monde doit le savoir, une façon de s'exprimer. Tout aussi fort que les mots, dis ou bien écris. Il est toujours difficile d'expliquer pourquoi nous avons telle ou telle passion ? Et pour être franche je ne pense que cela ne puisse s'expliquer... C'est quelque chose qui se vit ! çà vous prend et ne vous lâche pas. Les mots qui suivent ne sont pas de moi mais de "Robert Doisneau". Ma façon de voir la photographie mais aussi le monde est certainement la même. Mais, lui, il le dit si bien que je n'y reviendrai pas dessus.

"Moi j’aime les gens pour leur fragilité et leurs défauts. Je m’entends bien avec les gens simples. On peut parler. On commence par la météo, et peu à peu, on en vient à des choses importantes. Quand je les photographie, ce n’est pas comme si, observateur froid et scientifique, je les examinais à la loupe. C’est très fraternel… Je n’ai jamais bien cherché pourquoi j’ai fait des photos. En réalité, c’est une lutte désespérée contre l’idée qu’on va disparaître. C’est un truc que je n’accepte pas bien, on ne devrait pas penser que toute action est provisoire et momentanée. Je m’obstine à arrêter ce temps qui fuit… La plupart de nos contemporains n’ont jamais pensé que tout est provisoire, c’est un sentiment désagréable. Moi, je le pense et j’essaie de transmettre aux autre ce que je crois bon, beau."

Elodie Lafitte (crok)